Actualité du CPF

La réforme de la formation et le CPF sous le feu des critiques

Actualité du CPF Le 15 avril 2015

Plus de trois mois après sa mise en place, le Compte Personnel de Formation n’a bénéficié pour le moment qu’à… une seule personne ! Une aberration pour les professionnels du secteur de la formation qui dressent un bilan désastreux d’une réforme qualifiée « d’usine à gaz ».

La réforme de la formation et le CPF sous le feu des critiques

Dans un courrier adressé au ministre du Travail et de la Formation Professionnelle François Rebsamen le 9 avril 2015, la Fédération de Formation Professionnelle (FFP), s’indignait de « la complexité de nouveaux dispositifs mis en place sans qu’aucune période transitoire n’ait été prévue ». Et la FFP de rappeler :  « sur les 23 millions de salariés et demandeurs d’emploi pouvant activer leur compte, un seul individu a pu bénéficier d’une seule formation au titre du CPF. Le DIF, considéré comme un échec, permettait le départ de 50-60.000 personnes en formation chaque mois. »

« Le gouvernement a voulu aller trop vite »

La Fédération rappelait ainsi les axes d’amélioration possibles comme simplifier le montage d’un dossier CPF, garantir aux individus et aux employeurs de pouvoir trouver auprès des OPCA unfinancement rapide et simple de leurs actions de formations et encore plus inciter les entreprises, y compris les PME, à faire de la formation le moteur de leur compétitivité…

Dans une interview donnée au journal Libération, le président de la Fédération de la formation professionnelle, Jean Wemaëre va jusqu’à qualifier la réforme de « mort-née ». Selon lui, le gouvernement a voulu aller trop vite : près de 25 000 demandes « bloquées dans la plateforme en ligne administrée par la Caisse des dépôts », l’organisme en charge de la gestion des demandes de formation. « Il y a un problème de communication entre le site et les organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) qui sont censés financer les formations, mais ne reçoivent pas les dossiers… » Et ce n’est pas tout : les partenaires sociaux privilégient les formations longues dans les listes de formations éligibles qu’ils doivent valider alors qu’il existe pour cela le Congé Individuel de Formation (CIF), tout cela au détriment de formations courtes opérationnelles et pratiques pour les salariés ! « Pour l’heure, la réforme est un échec pour le gouvernement, pour le président de la République, mais aussi pour les partenaires sociaux » juge Jean Wemaëre.

Entre critiques et doutes…

D’autres professionnels sont ainsi montés au créneau comme Thierry Vaudelin, Directeur formation et apprentissage de Manpower, pour qui « un grand flou demeure sur le CPF et les nouvelles obligations légales à verser aux OPCA en 2016″.. Pour Marc Dennery de C-Campus, cabinet de consultants spécialistes de la gestion de carrière, le CPF est « une usine à gaz pour les entreprises, parce que les solutions sont multiples et complexes, ce qui les tétanise ». A chaque nouveau cas non prévu par la loi, des hypothèses se posent, auxquelles tentent de répondre les professionnels sans vraiment être sûrs de ce qu’ils conseillent aux entreprises ou aux demandeurs…

Pour Christophe Parmentier, directeur du cabinet de conseil Clava, « les salariés ne se sont pas emparés du CPF […] on est loin de l’engouement escompté ». Et « avec la complexité du système de listes, c’est un véritable casse-tête pour les salariés » ajoute-t-il. C’est aussi le flou artistique chez TNT, grand groupe de logistique français : « Nous ne connaissons toujours pas toute les formations éligibles, aucun des acteurs n’est vraiment prêt à mettre en oeuvre ce dispositif, et notre branche professionnelle ne s’est pas encore positionnée : c’est l’expectative » explique Sylvain Martinet, responsable formation, à l’AFP..

Des témoignages comme celui-ci pleuvent mais pour l’heure, aucune réponse concrète de la part du gouvernement.

Partager sur

Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités liés à votre recherche d'emploi et mesurer l'audience du site. En savoir plus